Problèmes de Ficus: l'expert réagit sur les maladies de Ficus


L'AGRONOMISTE RÉPOND SUR LA CULTURE ET L'ENTRETIEN DES PLANTES

UNE FOIS LE COCHINIGLIA GUÉRIS, Y A-T-IL DES REMÈDES NATURELS POUR L'ÉVITER ET COMME BEAUCOUP DE RECOURS NATURELS UTILES POUR LE BIEN-ÊTRE SUIVANT DE LA PLANTE?

QUESTION DE GIORGIO

Chère rédaction,

J'ai lu la réponse au problème de votre lecteur Fabrizio sur cette page.

Je suis dans les mêmes conditions d'attaque par la cochenille sur une plante de l'appartement, d'environ 130cm de haut, six ans, en excellente santé jusqu'au début décembre 2006: en juin, elle a été déplacée dans un nouvel appartement, où elle a été fécondée et a montré un croissance vive; il est situé à environ 3 à 4 mètres d'un évent mural de cuisine, inoffensif en été, mais d'où, avec le premier froid, un peu d'air froid vient toujours. La plante est dans un pot en plastique avec du terreau générique de supermarché. Au printemps, je prévois de remplacer le pot et la terre selon vos instructions.

Le problème: cet après-midi je suis allé dans un magasin spécialisé (de la chaîne "Viridea"), demandant un produit systémique, montrant une des feuilles, sur laquelle - j'avais confirmation - se trouvait la cochenille. On m'a recommandé un mélange d'huiles (95% minérale, 5% Metalium) que j'ai refusé: le produit est nocif pour le milieu aquatique (soit 70% de notre planète), il est topique et non systémique et donc je ne le fais pas ne sert à rien pour résoudre la situation difficile dans laquelle se trouve manifestement mon Ficus Benjamina. De plus, la plante est située dans l'appartement et distribuée dessus et donc vivre avec un produit "nocif par contact et inhalation" ne semble pas prudent, voire absolument nécessaire.

En cherchant parmi les produits systémiques, je n'ai rien trouvé de mieux et tous sont plus ou moins nocifs par inhalation, contact et presque toujours pour le milieu aquatique.

Ma question: la méthode que vous recommandez avec des boules de coton et de l'alcool dénaturé est beaucoup plus valable et écologique (même si j'imagine que dans le milieu naturel les cochenilles sont la nourriture pour d'autres insectes), bien que très exigeante dans mon cas, mais aussi ce n'est pas systémique. Une fois le symptôme guéri et la cochenille enlevée, est-il possible ou conseillé d'administrer des éléments naturels utiles au bien-être de la plante en pot? Ou peut-être que mon approche n'est pas exactement phytologique et qu'une fois que toute la cochenille aura été superficiellement éliminée, la plante reprendra son cycle végétatif normal d'elle-même?

Merci pour votre attention et surtout pour les conseils excellents et très clairs que vous avez donnés à votre lecteur Fabrizio.

Salutations cordiales.

George

RÉPONSES AGRONOM

Cher Giorgio, merci pour votre merveilleuse question. Parfois, il faut autre chose que la façon de traiter une maladie spécifique.

Si je comprends bien la question que vous me posez si, une fois la cochenille enlevée, il y a des éléments naturels pour la prévenir et s'il y a autant de remèdes naturels pour faire récupérer la plante une fois la cochenille enlevée.

Si telle est votre question, à la première question, ma réponse est non. Il n'y a pas de produits naturels qui peuvent empêcher son apparition / réapparition.

Permettez-moi une petite digression. Parlons un instant de ces insectes si alarmants et ennuyeux.

Les cochenilles sont des insectes très utiles dans la chaîne alimentaire. Par exemple, ils sont très utiles aux fourmis qui les élèvent et les protègent même pour se nourrir de leurs excréments. qui en termes techniques est appelé miellat. Certaines espèces de fourmis les amènent même à leurs nids pour les élever ou construisent des abris dans les plantes pour les protéger. Le miellat qu'ils produisent est très riche en éléments nutritionnels différents selon les espèces de cochenilles mais en principe il est composé de saccharose ou de mélézitose. A ceux-ci s'ajoutent le glucose, le fructose, le raffinose ainsi que de nombreux acides aminés (aspartique, glutamique, asparagine, arginine, proline, valine, sérine, thréonine, etc.) des vitamines qui proviennent directement de la sève de la plante.

Je vais vous dire quelque chose: dans certaines régions désertiques d'Asie Mineure et du Proche-Orient (Irak, péninsule du Sinaï, etc.), le miellat produit par certaines espèces de cochenilles (et de pucerons) est si abondant sur certaines plantes arboricoles (Tamarix estQuercus) qui est collecté dans des conteneurs spéciaux pour être utilisé comme ingrédient pour faire des boissons et des bonbons (la soi-disant manne).

Maintenant, quels sont ces insectes limités par la nature.

Les cochenilles sont exposées à une mortalité très élevée dans la nature pendant le stade nymphe (pour arriver à avoir l'insecte adulte, celui que vous voyez, couvert par cette espèce de bouclier, ils passent par 2/3 stades de formes juvéniles, très vulnérables car pas encore complètement formé) à la fois en raison d'agents abiotiques tels que des pluies abondantes, une forte insolation, la nature physico-chimique du sol et la quantité d'eau dans le sol qui peut favoriser une circulation plus ou moins importante de la sève dans le sol. plante, les fertilisations qu'elles peuvent altérer la pression osmotique et donc faire varier la concentration de la sève dans la plante. Par exemple, dans des conditions d'aridité saisonnière, les plantes sensibles à la cochenille peuvent devenir résistantes en raison d'une augmentation de la concentration de la sève ce qui rend difficile voire impossible pour les cochenilles de l'absorber avec leurs minces stylets (les cochenilles se fixent avec leurs talons aiguilles à la plante pour sucer la sève). Dans ces situations, la mortalité devient très élevée car elle sera associée à une forte insolation (en termes techniques, cette immunité que les plantes acquièrent est appelée phéno-immunité).

Parmi les facteurs biotiques, on peut citer divers microorganismes pathogènes tels que certains champignons (Sphaerostilbespp. est Céphalosporium spp.) qui sont actifs dans les zones chaudes-humides ou certains insectes entomophages tels que, par exemple, les coccinellidés icoleoptera (coccinelles) ou certains hyménoptères calcidoïdes.

Comme vous pouvez le voir dans la nature, ils sont bien contrôlés mais dans nos maisons, il n'est pas possible de reproduire ces conditions.

Pour les garder sous contrôle, la seule chose que nous pouvons faire est d'essayer de garder un environnement pas trop humide et chaud, qui doit cependant être compatible avec les conditions optimales pour que notre plante végétale bien.

Une fois que les cochenilles sont apparues, il faut toujours les garder sous contrôle car avec un "premier passage" on peut difficilement les éliminer.

Je suis tout à fait d'accord avec vous que dans la maison, certains produits synthétiques ne sont pas appropriés pour les utiliser.

Une chose que je fais pour mon ficus, en plus de vérifier constamment la présence de cochenilles, est de le doucher à l'envers. Qu'est-ce que ça veut dire. Je prends la plante, recouvre la terre avec un sac en plastique puis la sors de la baignoire et la mets à l'envers et prends une douche, en prenant soin de bien passer ma main dans les points où elle est le plus localisée (le point d'intersection entre les limbe et pétiole) donc en plus du nettoyage des feuilles, je fais une action «préventive» pour les cochenilles qui peuvent échapper à la vue. Ce n'est pas très scientifique, mais ça marche

Lorsqu'on lui a demandé s'il existe des remèdes naturels pour faire reprendre la plante une fois la cochenille enlevée, la réponse est qu'en dehors des traitements de culture habituels (étant donné que vous avez cette magnifique plante avec vous depuis six ans et qu'elle est en plein essor), il n'est pas nécessaire de faire autre chose que ce qui est précisément indiqué ci-dessus pour essayer d'éliminer complètement la cochenille et empêcher sa propagation / prolifération ultérieure.

La plante va récupérer, ne vous inquiétez pas.

Dr M. G. Davoli


Vidéo: Bonsai ficus terbaik


Article Précédent

Chant du bouvreuil mexicain - Sons émis par le bouvreuil mexicain

Article Suivant

Préparez le jardin au froid